Biographie de Marie-Louise Aucher (1908-1994)

Tiré en grande partie de l’ouvrage "Bien dans ma voix, bien dans ma vie" de Marie-Jo CARDINALE et Annie DURIEUX, édition Courrier du livre 2004

1908 : Ancrée en terre poitevine, Marie-Louise Doignon naît à Paris, rue Notre-Dame des Champs, le 18 janvier.

1928 : Mariage avec Jean Aucher, chef de laboratoire de recherches de la Société Pathé- Cinéma. Naissance de ses trois filles : 1933,1936,1940.

1948 : Installation à Paris. Marie-Louise Aucher chante professionnellement. : Elle fait travailler un ensemble vocal et expérimente ses recherches sur les respirations et les vocalises.

1958 : Elle est chargée de la pose de voix des moines bénédictins et des jeunes séminaristes jésuites en France, puis de prêtres en formation pour la catéchèse à l’Institut Catholique.

Découverte des points du chanteur.

Dans les années 1960 : Découverte des correspondances vibratoires des sons avec le corps.

Rencontre avec le Pr Martiny et l’acupuncture.

Professeur à l’Ecole Expérimentale de la Chambre de Commerce de Paris. Travaille auprès d’adolescents.

Rencontre avec le Pr Chauchard, spécialiste des recherches sur le cerveau, puis avec le Pr Baruck, chef de l’Hôpital de Charenton qui lui donne carte blanche pour mener ses expériences sur les patients.

Les résultats obtenus suscitent beaucoup d’intérêt de la part d’un grand psychiatre anglais et de groupes de thérapeutes. Offre de faire des conférences à travers le monde au sujet de ses découvertes. Elle refuse la notoriété, considérant que ses recherches sont loin d’être abouties et que ces notions pourraient être mal utilisées.

Rencontre en Suisse du psychiatre italien le Dr Assagioli qui lui donne le conseil capital pour la démarche psychophonique :" Naître entouré d’amour, c’est primordial".

A la Sorbonne, elle suit les cours du Pr Husson, phoniatre renommé.

Elle retrouve, sans le savoir, les travaux de Marcel Jousse sur les balancements rythmés et la mémoire du corps.

Elle entre à l’Hôpital Bichat dans le service de rééducation infantile. Elle rencontre Mme Borel-Maisonny, fondatrice de l’Orthophonie. Le Dr Aubry lui suggère de créer sa propre appellation, concernant à la fois la voix et la psychologie : la Psychophonie.

Fondation de l’association Cantavox en 1960. Elle travaille énormément et confronte ses intuitions et ses perceptions avec la conception de l’être humain dans toutes les grandes traditions spirituelles. Elle voyage en Belgique, au Canada. Malgré des offres alléchantes à l’étranger, elle revient toujours en France où elle est loin d’être reconnue.

1963 : Elle est reçue en tant qu’hôte officiel du Pavillon français à l’Exposition Universelle de Montréal.

Edition d’un disque. Nombreuses conférences.

On lui offre à nouveau de travailler au Canada et toutes facilités pour y poursuivre ses recherches. Avec beaucoup de regrets, elle refuse.

De retour en France, elle doit encore et toujours se battre pour faire admettre ses découvertes. Après la dissolution de Cantavox, elle fonde l’Association Française de Psychophonie dont les membres, conseillers et amis médecins, professeurs , musiciens représentent l’acupuncture, la neurophysiologie, la phoniatrie, la psychosomatique, l’éducation et la musique.

Développement des recherches sur le sens olfactif. Elle crée ses propres mélanges d’essences de fleurs, et les expérimente en milieu psychiatrique, avec l’aval du médecin-chef. Ce dernier, au vu des résultats significatifs des bienfaits de ces mélanges, veut acquérir et commercialiser le procédé de fabrication dans l’industrie pharmaceutique. Marie-Louise Aucher refuse, jugeant que ces applications sont trop nouvelles, avec des risques d’être détournées de leur but initial.

1967 : Enregistrement de trois disques (épuisés) : chansons du folklore vendéen (Pathé Marconi), chants des hébrides (studio SM), quatre chansons composées par Marie-Louise Aucher (ed Marie-Louise Aucher - Cantavoxe) pour l’exposition universelle de Montréal.

bio1

1970 : Rencontre avec le Pr Leboyer, puis avec le Dr Michel Odent. Elle crée le chant prénatal à la maternité de Pithiviers. A ses côtés, Chantal Verdière, jeune sage-femme fera carrière à la Maternité des Lilas à Paris, et Guy Bourgois, alors orthophoniste.

1975 : Installation à Sancerre, dans le Cher.

1976 : Parution de "Les plans d’expression".

1977 : Parution de "L’Homme Sonore".

1980 : Fondation de l’Association Nouvelle de Psychophonie®. De nouvelles personnalités, notamment des médecins, soutiennent son action. Edition de matériel pédagogique et de cassettes-audio.

1981 : Participation à l’ouvrage collectif, dirigé par Marie-Claire Busnel "L’aube des sens".

1982 : - Parution de la thèse de doctorat en médecine de Gabriel Rousteau, intitulée "La Psychophonie®. Découvertes de Marie-Louise Aucher sur l’art vocal. Pédagogie et rééducation par le chant et la musique."

Un Symposium (suivi les années suivantes par des « Rencontres Archives ») réunit à Sancerre toutes les personnalités ayant soutenu et cautionné le travail de Marie-Louise Aucher depuis de nombreuses années.

Ce sont :

  • le Pr Chauchard (neurophysiologie) -Dr Michel Odent obstétrique)
  • Dr Jean de Butler (psychosomatique) -Dr Masson (psychiatre)
  • Dr Jean-Claude de Tymowski (acupuncture)- Dr Marie-Claude Lava (homéopathie)
  • Dr Monique Pellerin Boumart (psychiatre) - Madame Marie-Claire Busnel (Petite enfance)
  • Dr Gabriel Rousteau (phoniatre) -Dr Darteyre (ostéopathie crânienne) 
  • Dr Alain Casse et ses amis Jean Destrac, Guy et Monique Fossez .

Marie-Louise Aucher, au centre des débats, tisse les liens entre les différentes disciplines, redonnant ainsi à l’Homme toute sa dimension holistique.

Création des "Messagers Chantants", formation pour les animateurs de chant prénatal et familial.

1983 : Parution de "Vivre sur sept octaves".

1985 : "L’enfant sonore", film tourné par Maëva Shugita, sur le chant prénatal.

Marie-Louise AUCHER désirant protéger l’utilisation du nom de Psychophonie dépose officiellement le nom “Psychophonie Marie-Lousie AUCHER” ; la protection est renouvelée régulièrement jusqu’à ce jour.

1986 : A la demande de Micheline Flack, présidente du Groupe de Recherche sur le Yoga dans l’Education, intervention au Troisième Forum de Pédagogie Différenciée, organisé au Centre International d’Etudes Pédagogiques à Sèvres.

Pendant de longues années, Marie-Louise AUCHER a travaillé à créer et organiser, dans les différentes régions de France, des groupes de chant familial, prénatal, et des rencontres inter-sessions pour les stagiaires ; celles-ci permettent à ceux qui le désirent d’entretenir et d’approfondir leur pratique entre les formations en session. Cela lui tenait à coeur, et en 1986 elle décidait, par l’intermédiaire de son “Association nouvelle de Psychophonie” de structurer des délégations régionales chargées de promouvoir ces rencontres pour chanter ensemble. Ainsi se sont mis en place peu à peu des groupes de “Harmonie par le chant - MLA” (HPC). Marie-Louise AUCHER leur conseilla de s’organiser en fédération, ce qui fut fait juste avant son décès. Cette Fédération s’est dissoute par la suite mais les groupes HPC continuent leur développement diversifié, dans l’esprit initial et le cadre de la Psychophonie®.

Reconnaissance des premières psychophonistes :

  • Marie-Jo Cardinale, chargée, en 1990, de constituer le Collège des Psychophonistes
  • Annie Paris Durieux, prenant la responsabilité de la formation des animateurs en chant prénatal et familial
  • Marie Beauchamps, oeuvrant auprès d’enfants handicapés et en gérontologie.

1987 : Parution de "En corps chanté". Travail en équipe médicale avec le Pr Stoebner et le Dr Yves Waille.

1989 : " L"Homme s’honore", téléfilm tourné par Véronique Beaulieu, pour Antenne 2.

1990 : Marie-Louise AUCHER dépose officiellement le nom de“Psychophonie” ; la protection est renouvelée régulièrement jusqu’à ce jour.

1991 : Parution de "Le Chant de l’énergie" Emission de télévision "Envoyé Spécial" sur le chant prénatal. Marie-Louise Aucher, accorde une interview qui sera coupée au montage. Une fois de plus, la pionnière dans ce domaine, n’est pas reconnue.

1993 : Suite à de graves ennuis de santé, installation en maison de retraite à Aix-en-Provence avec son mari.

1994 : Décès de Marie-Louise Aucher le 10 octobre.

Marie-Louise et Jean AUCHER, Sancerre 1989

Marie-Louise et Jean AUCHER, Sancerre 1989