Définition de la psychophonie

" La Psychophonie est une démarche auto-expérimentale d’harmonie physique et psychique, utilisant, à la faveur de la voix parlée et chantée, les correspondances entre l’Homme, les sons, les rythmes et le verbe. Les Cinq sens sont un support renouvelé d’investigations, après l’édification des strates construites grâce à eux pendant la vie fœtale et la petite enfance ; leur utilisation, obligatoire pour une bonne pose de voix, permet la jonction avec l’état psychosomatique des sujets en aidant leur évolution et leur formation humaine

Extrait du livre « L’Homme Sonore » (Ed Hommes et Groupes)

Extraits de "Vivre sur sept octaves" (Édition Hommes et Groupes), ouvrage autobiographique retraçant toutes les étapes importantes de ses découvertes et de leur conceptualisation :

"Toute ma vie, il y a eu des retours à des souvenirs de toute petite fille. " Tu es guérie. Chante". A chaque fois, le sens de cette petite phrase est différent : de plus en plus recréant, enthousiaste, il devient besogneux, hasardeux, douloureux, écrasant, tenace, vainqueur, triomphant, prénatal". …

Dernière d’une famille de sept enfants, son expérience musicale est d’abord multi-sensorielle : " Moi, je vis l’oreille collée au piano depuis que je peux me traîner à quatre pattes…/… le nez enfoui dans le tissu si doux qui sent si bon…/… Le pouce, ces odeurs, ces heures de gourmandise musicale, ont tissé dans mon cerveau et mon rhinencéphale des structures solides pour ce qu’on appellera plus tard la Psychophonie. Je sais par cœur tous les chants de mes sœurs".

(Pendant des heures familiales difficiles) : "Un matin, je fais une expérience étonnante. Je tente de changer le son de ma voix, et de la lancer joyeusement. Immédiatement le regard des enfants s’allume…/… La voix est donc créatrice. Oui, mes intonations ont changé le cours des choses !" Alors, quelles sont les lois tonales de la modulation vocale ? Comment expliquer cet impact sur les « humeurs » ? Plus tard, un jour, je pourrai l’expliquer ; mais le triomphe est acquis…

Dans l’effort que je fais un jour pour mettre rapidement au point un motet de Vittoria, mes doigts pianotent sur la balustrade au bord de la tribune…Je déchiffre facilement… Comment cela s’est-il fait ? J’analyse. Quand je regarde la ligne musicale, si mes doigts agissent comme sur les touches du piano, le son et le rythme juste dirigent ma voix sans effort. Ce mariage tactile a été ma construction expérimentale sensorielle depuis l’enfance ...Mes yeux ont besoin de mes doigts… J’envoie toute ma vie consciente au bout de mes dernières phalanges, et le son exact chante tout seul dans mon gosier. Je n’oublierai pas l’enrichissement de cette constatation, dont je vérifierai le principe lorsque l’application aux enfants de mes autres découvertes me procurera la synthèse du développement verbal et mélodique de l’enfant…

… Lorsque les élèves m’ont quittée, je remime dans la glace leurs gestes, leurs positions, leurs intonations, et je me sens « eux ». Je comprends leurs difficultés parce que je les localise dans mon corps, dans mes muscles, dans mes attitudes corporelles. C’est une identification profonde

(Après de longues années de travail) « Le cliché des sons » Je chante derrière le dos des élèves les trois octaves sonores que ma voix… peut couvrir… La réponse sonore est subtile en variations. Et plus je pratique, plus les nuances me révèlent de « choses » par rapport à l’état osseux, viscéral, musculaire, et même psychologique du sujet. J’ai autant de qualificatifs et quantitatifs que la médecine chinoise en révèle par la vibration des ‘pouls’. La puissance vocale ainsi analysée dépend donc, non pas seulement d’une façon de ‘faire’, mais d’une façon ‘d’’être’…. La voix parlée et la voix chantée découlent d’un ‘faire’, donc d’une technique, mais aussi de l’état de l’instrument humain…